Safe
Concours Articles Forums
×
En ligne :   
Informations sur la sécurité

Retour sur GTA IV

Auteur : Virgile 🦖
Publié le 22/04/2018, Édité le 22/04/2018
Catégorie : Critiques et essais

Produit associé Grand Theft Auto IV

Note moyenne : 0/5 (Mauvais)


A une période ou tout le monde s'alarme en attendant l'éventuelle sortie d'un Grand Theft Auto VI, et à un temps ou la moindre fake news précaire suscites des tonnes de débats sur le grand internet, il est important de revenir sur le roq GTA IV, géant de l'année 2008 et qui a été une percée technologique exceptionnelle.


Certes, GTA IV a connu un succès peut-être moins conséquent en raison de son réalisme, qui peut des fois se montrer assez déprimant et lassant. C'est même là-dessus que Rockstar s'est corrigé afin de cartonner durant 5 années cosécutives ( et encore aujourd'hui pour pas mal de temps ) avec sa suite.

Revenons-en tout d'abord à notre triste anti-héros, une dimension que Rockstar a réellement voulu mettre en avant, mais  c'est finalement avec le légendaire Max Payne 3 de 2012 que Rockstar a hissé ceci à son sommun. Niko, jeune trentenaire (?), immigré Serbe et ayant bossé sur un bateau durant plusieurs mois afin de débarquer à Liberty City ( allégorie de New York, Manhatan et ses environs ). Plus vraisemblablement, on en connaît très très peu sur le personnage, l'on sait cependant de source sûre que Dan Houser s'est inspiré du mafieux Aleksandar Knežević Knele afin de créer le personnage.

 

Niko Bellic débarque à Liberty City, berné par les récits de son cousin Roman qui lui raconte qu'il a la belle vie, il se heurte assez vite à la précarité du système de vie moyen. Il essait de travailler avec Roman dans son dépot de taxi, mais ressombre malgrè lui dans un cercle de criminalité. Essayant de défendre son cousin contre des usuriers et des créanciers, il finit peu à peu par tracer une route, dans l'objectif simple de ne plus avoir à dormir que d'un seul oeil. Et c'est là que l'on peut admirer la dûreté de cet environnement, Niko, qui rêvait simplement de vivre ce tant attendu " American Dream " se retrouve à descendre des mafieux Russes en jogging qui cherchent à tuer son frère uniquement parce qu'il a contracté des dettes en jouant aux cartes. Au fil de l'histoire, Niko progresse dans la hiérarchie, c'est maintenant contre des hommes en costard qu'il doit se battre, le banditisme est partout, et ce n'est pas forcément celui que l'on ne soupçonnerait pas. Nous laissons volontairement des zones d'ombres afin de, si vous ne l'avez pas encore fait, ne pas vous spoiler la trâme d'un jeu solo impressionnant.

 

Dan Houser et son équipe enfoncent le cloup avec 2 nouvelles extensions indépendantes, mais particulièrement The Ballad Of Gay Tony ( TBOGT ) qui montre tout le côté festif, sexuel, mais surtout extrémement mafieux des boites de nuit. Il n'est pas facile de devenir riche et monter un empire, et pourtant, il l'est encore moins de le rester, c'est bien la triste leçon de ces GTA sombres.

 

Enfin, GTA IV était pour l'époque, et l'est encore aujourd'hui, une vraie perle de fait de la précision de ses graphismes. On quitte le groove street semi réaliste, un peu arcade de GTA San Andreas pour se retrouver dans un véritable simulateur de vie. L'innovation la plus impressionnante, mais idiote je le concéde, c'est bien ce moteur physique, voir le piéton voler lorsque l'on fonce dedans avec une voiture, la précision avec laquelle il va simplement se vautrer, ou encore voir son corps se faire broyer par les roues. Là n'est pas une volonté de décrire la souffrance humaine, mais simplement de montrer le réalisme parfait de la physique. Cela paraît bête, mais lorsque l'on sort de GTA Vice City et San Andreas pour découvrir cette physique, c'est assez impressionnant. Cependant, et il faut l'avouer c'est un défaut assez présent, le choix des musiques est très moyen, il y'a peu de musiques que l'on apprécie réellement, et il faut l'avouer, ça joue ! C'est à régler grâce au modd, car oui, ce que l'on apprécie avec les GTA ( Rockstar, un peu moins ... ) c'est bien le modding, une véritable perle qui en fait un jeu communautaire excellent. Ce sont des communautés comme celles des jeux Bestheda et Rockstar qui font qu'un jeu est encore plus merveilleuse.

L'objectif n'est certainement pas de dénigrer, mais comparé à, GTA V n'est pas si beau que ça, du moins si, ce jeu est magnifique mais l'avancée est moyenne par rapport au pas de géant réalisé par un jeu qui était sorti 5 années auparavant. 

Voici une petite vidéo de GTA IV moddé par des artistes afin de lui rajouter une patte graphique.

 

Résumé de la critique

Design/Graphisme0/5
Gameplay0/5
Histoire0/5
Longévité0/5
Note moyenne 0/5 : Mauvais

Plus de liens : Boutique Steam