Safe
Connexion
Articles Forums
×
Connecté sur le site :    Utilisateurs
Informations sur la sécurité

La microtransaction dans les jeux-vidéos : un danger à craindre ?

Auteur : Virgile 🦖
Publié le 27/11/2017, Édité le 27/11/2017
Catégorie : Éditoriaux, opinions et autres

Le monde du jeu-vidéo est actuellement dangereusement embarqué dans une transition économique assez forte, suite à une généralisation assez puissante de la micro transaction. Le cas de Star Wars Battlefront II a surtout fait entendre parler de lui dernièrement par son système économique bien rodé et qui s’est mis à dos les joueurs, voire même la législation pour certains pays tels que la France et la Belgique. Des calculs très sérieux auraient démontré qu’il faudrait payer plus de 2.100 € de loot en micro transaction afin d’accéder à l’intégralité du jeu. Évidemment, c’est un peu gros pour un jeu qui demande un capital de départ déjà bien assez conséquent. Enfin, comptez 4.558 heures de jeu pour pour accèder intégralement au jeu pour lequel vous avez payé.



Habituellement, ce système qui était mis en place dans les jeux F2P, MMO et MMOPRG était perçu comme normal et rationnel en raison de la gratuité ou faible coût du prix du jeu de base. Mais pourrions nous croire un jour que ce service se serait déporté sur les jeux AAA tels que Assassin’s Creed Origin ou Star Wars Battlefront II ?

Tout d’abord, il est nécessaire de définir le terme de micro transaction :

«Le micropaiement (aussi appelé micro transaction) est un service de paiement permettant d'acheter des services ou des contenus de faible valeur unitaire […] Le principe du micropaiement est également souvent utilisé comme base économique par certains Jeux en ligne massivement multijoueurs, ceux que l'on désigne comme étant Free to play ou par certains jeux payants avec les fonctions clés et caisses tels que Counter-Strike: Global Offensive »


L’entreprise EA en est un bon exemple pour définir ce terme, puisqu’ils en sont en quelque sorte les précurseurs. Cette entreprise a toujours produits de bons jeux, mais la plupart de ceux sortis depuis la dernière décennies ont été spolié par l’appât du gain. Chez EA, on ne rigole pas avec l’argent, la question est au coeur de tous les tracats, ils seraient même capable de vous proposer de payer pour passer un niveau sur lequel vous êtes bloqué dans un jeu. Et bien que mon point de vu soit subjectif, je pense que beaucoup de joueurs se reconnaitront dans ce traitement qu'inflige EA aux joueurs.


La récente sortie de Star Wars Battlefront II est au sujet des débats, pourtant EA n’en est pas à son coup d’essai. Largement présent ( imposé ) dans le monde des jeux FIFA, l’éditeur ne s’est jamais non plus privé d'énormement restreindre le contenu de ses jeux dans le but de frustrer et faire craquer le joueur. Pensez aux gens en 2008 et des années après qui ont acheté Burnout Paradise et qui se sont rendu compte qu'un seul mode de jeu est disponible, tandis que plusieurs sont disponibles pour ceux qui connaîssent le code de leur carte bleue. Dans d'autres jeux, c'est assez bien contrôlé, on vous propose quelques DLC mais sans plus, puis dans d'autres, c'est simplement le concours a celui qui produira le plus de lait.

Vers une résolution du conflit, ou bien un enfoncement ?

Ce qui est intéressant avec Star Wars Battlefront II, c'est que le sujet a été  pris en compte par les juristes, et que donc la question posée. Le sénateur Jérôme Durain a publié une lettre ouverte afin d'inviter Mounir Mahjoubi ( ministre du numérique ) à éviter les dérives de ce système. Dans d'autres pays tels que la Belgique, des juristes ont ouvert une enquête sur Overwatch et Star Wars Battlefront II, pour reconnaître ces jeux en tant que jeu de hasard aux yeux de la législation, entraînant un contrôle différent (les loot box achetés étant imprévisibles et offrant des items totalement aléatoires, on peut les percevoir comme étant des jeux de hasard très logiquement ) mais cela induirait à s'attaquer à des monuments vidéoludiques, qui eux aussi pratiquent ce système depuis longtemps.

En tout les cas, et suite à l'union ( temporaire ) des joueurs, le président de DICE ( studio de développement affilié à EA ) s'est prononcé en publiant un communiqué à destination de tous les joueurs concernés, en reconnaissant que le système peut être perçu comme inégal et abusif. Il annonce donc la suspension temporaire du système d'achat de crystal. En réalité, c'est dans le seul but d'attendre que les joueurs se calment un peu, pour ré-imposer ce système par la suite, une fois que les manifestants seront rentrés chez eux. Aucun progrès de ce côté, et les personnes qui proclament la " victoire " de la communauté sont des ignorants.

A compter que Rockstar Games a découvert le système de micro transaction avec GTA V ...

En résumé, la micro transaction n'en est qu'à ses débuts dans le monde du jeu-vidéo, et elle séduit étrangement beaucoup du côté des éditeurs, peut-être un peu moins du côté des joueurs, mais dans les 2 cas c'est compréhensible selon le point de vu. L'éditeur Ubisoft qui traînait de la patte depuis plusieurs années a vu son chiffre d'affaire remonter en flêche suite aux achats intégrés qui ont été passés par les joueurs de Rainbow Six Siège. De plus, Andrew Wilson ( président de EA ) aurait communiqué qu'il pensait à arrêter la série des FIFA, pour sortir un seul jeu qui serait indéfiniment mis à jour. Dans un monde où des jeux AAA produits sur plusieurs années sont massivement commercialisés durant moins d'un mois avant de sombrer dans l'oubli, l'économie du jeu vidéo n'est-elle pas condamné à prendre ce tournant assez tragique pour survivre ?